IEM


Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > La Recherche > Les départements scientifiques > Génie des Procédés Membranaires (GPM) > Intensification de procédés > Membranes macroporeuses "respirantes".

Membranes macroporeuses "respirantes".

Modélisation de l’évolution des conditions environnementales au sein des enceintes équipées des membranes macroporeuses pour le contrôle des échanges gazeux.

Les membranes macroporeuses dites « respirantes » permettent le contrôle des échanges des espèces entre une enceinte fermée et un milieu extérieur.

Par exemple, une membrane macroporeuse peut avoir une influence fondamentale sur les conditions environnementales internes (Température, Humidité Relative, Pression) d’un calculateur électronique automobile enfermé dans un boîtier de protection, lui-même placé dans le compartiment moteur d’une voiture. Une modélisation précise des transferts permet de représenter l’évolution des paramètres environnementaux internes avec les changements de l’environnement externe.

Dans un autre exemple une enceinte munie d’une membrane respirante a été conçue pour la culture cellulaire afin de réaliser des tests immunologiques et de toxicité innovants et destinés à remplacer les tests in vivo sur animaux. Le rôle principal de la membrane étant de faciliter les échanges des gaz permanents nécessaires à la respiration cellulaire (O_2, CO_2) tout en contrôlant la perte des composés d’arôme testés. La détermination expérimentale a permis de valider un modèle en 3D des échanges gazeux et de vapeur entre les différents compartiments de l’enceinte avec un couplage avec l’équation de respiration des cellules de mammifères utilisées (hybridomes souri–souri CRL 1606).

Contacts :

José SANCHEZ-MARCANO, Stéphanie BOCQUET-DRUON